Théo Chalal : du rallye au circuit







Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que…
Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que… Photo (c) : Nicolas Millet

Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que…

Si certains pilotes sont passés, avec succès, du circuit au rallye (comme Nicolas Ciamin rencontré récemment), aujourd’hui nous vous proposons de parcourir le chemin inverse.

En effet, Théo Chalal, a réalisé quelques coups d’éclats en rallye (du Trophée Twingo R1 au Championnat de France des Rallyes Junior en passant par le Challenge N2S), allant même jusqu’à participer à une manche du JWRC en Suède l’année dernière (2018).

Aujourd’hui, à 28 ans, cet ingénieur en mécanique brille en circuit dans le cadre des Rencontres Peugeot Sport. Un parcours et un pilote atypiques qui ne laissent pas indifférent. On vous laisse découvrir tout ça…

Vous connaissez la formule : Théo Chalal est l’invité de PilotedeCourse.com. C’est pour vous et c’est maintenant. Allez c’est parti !!!

Rallye Suède 2018 – ES2 à 4
Rallye Suède 2018 – Théo Chalal. (c) : Nicolas Millet

Théo Chalal : La passion et les débuts

A quel âge as-tu commencé à t’intéresser au sport automobile ? D’où te vient cette passion ?

Je me suis intéressé très tard au sport automobile. J’ai vécu 14 ans seul avec ma maman, et j’étais beaucoup plus axé 2 roues. J’ai fait du trial (nous avions la chance d’avoir un ancien champion dans le village) où j’ai été vice champion de France, mais également du cross et de l’enduro.

J’aime piloter depuis que je suis petit, pourquoi je ne sais pas…! A 6 ans je demandais à mon grand père d’enlever la barre de coupe du tracteur tondeuse pour que je puisse faire des « wheelings » et des sauts, à 7 ans j’apprenais à conduire sur une Renault Express boîte 4 pour l’emmener au marché avec ma grand mère dans le coffre, à 10 ans mamie m’apprenait à tirer des freins à main en 406 en me disant « ça t’aidera à gérer une voiture pour le permis » (maintenant je lui dirais qu’il n’y avait pas ce genre d’épreuve au permis 😉 ).

C’est mon père adoptif (alias « beau papa »), mordu de rallye qui m’a emmené voir mes premières spéciales à Langres. J’ai fait un peu de karting (les gens de mon village doivent encore s’en rappeler de mes passages « mario kart »).

Le mot d’ordre était de finir mes études avant de faire ma première course. A 22 ans mes parents m’ont dit « au lieu de nous ramener ta voiture avec 4 pneus crevés (j’avais roulé toute la nuit dans une carrière), on t’a inscrit à rallye jeunes, tu rigoleras moins » ; je ne savais pas ce que c’était…

Ils ont été surpris de me voir parmi les 40 finalistes sur 5 000 candidats, et 12ème de la finale (tout allait bien jusqu’au moment où il était nécessaire de rouler en slick, et que je pensais avoir le même grip qu’avec mes pneus neige).

L’année suivante j’ai eu la chance de remporter la Jcup Feu Vert (1 500 candidats), l’aventure sport automobile était lancée !

Peux tu nous décrire ta toute première expérience en Sport auto ?

Grâce à la bourse attribuée par la Jcup, j’ai pu participer à mon premier rallye en trophée Twingo R1. C’était au rallye national Pays du Gier en 2014, avec une première spéciale de nuit.Nous finissons 4ème/20 du trophée (français+suisse).

A la fin de la course ma voiture avait le surnom de « twingo volante » en raison de l’envolée réalisée sur la fameuse bosse du Gier. C’était l’insouciance, je découvrais tout, je roulais a vue sans comprendre une note, et ma copilote voulait descendre… et c’était génial !! Découvrir ces nouvelles sensations, être autorisé à rouler vite sur une route de tous les jours, sentir l’odeur des pneumatiques à température, voir des passionnés sur le bord des routes… je n’oublierai jamais la découverte de cette ambiance.

Quel est ton  meilleur souvenir ?

Il y en a plusieurs, comme mon premier départ dans le Col de Bleine avec 3 bars à l’avant (lors de mon deuxième rallye, Grasse fleur et parfum, ou je ne vérifiais pas encore mes pressions), c’était costaud, et nous avons fini 3ème de cette épreuve.

Il y a aussi le Mont Blanc en N2S où nous gagnons pour 4″ face à mon pote Karl, avec une dernière spéciale de folie.

Mais également la satisfaction d’avoir réussi à monter, l’hiver dernier, le projet du Rallye de Suède. Beaucoup d’investissement, beaucoup d’énergie mais c’était une chance et j’en suis conscient. C’était un choix personnel d’arrêter le rallye après cette épreuve, et les gens qui m’entourent ont compris pourquoi.

Rallye du Gard 2016 Théo Chalal
Rallye du Gard 2016 – Freins en feu pour Théo Chalal. Crédit Photo : JD Rallye

Théo Chalal : Son actualité

Comment prépares-tu la saison 2019 ?  Peux tu nous en dire plus ?

Sur le plan physique, j’ai toujours fait beaucoup de sport donc cela ne me change pas trop. Cependant, ma nature curieuse me pousse à étudier de nouveaux axes d’entraînements. C’est indéniable, avoir une bonne condition vous aide à vous sentir à l’aise dans votre voiture. J’ai voulu cet hiver, cibler la préparation pour en mesurer les effets.
Du côté pilotage, je vais rouler un peu sur glace pour travailler la finesse, la recherche de motricité, la synchronisation volant/pédalier ; et également quelques entraînements à côté.

Quelle est ton programme pour 2019 ?

Pour 2019, je repars en circuit, au sein de la très relevée formule de promotion 208 Racing Cup, avec Ropars Racing Team. J’aimerais également faire quelques piges en relais ainsi que les 10H du Castellet. Peut-être quelques surprises en fin d’année.
Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que…
Théo Chalal lors des RPS 2018. Photo (c) : DR

L’argent, l’avenir et les rêves

Combien te coute la participation à une course de RPS ? Et comment finances-tu cela ?

Participer aux Rencontres Peugeot Sport est la formule la plus rentable en terme de temps de roulage/prix. Pour un week-end complet en sprint (il y a aussi la possibilité de rouler en relais), il faut compter 4000/4500 € HT (en location).

L’année dernière, en montant le projet du JWRC, nous avions réussi à réunir un budget comme jamais auparavant (2,5 manches). J’ai décidé de faire une pause rallye après la Suède pour des raisons que je pourrais longuement expliquer, mais je savais que le pilotage allait me manquer (parce que c’est ce que j’aime).

La possibilité de découvrir une nouvelle discipline s’est dessinée, nous avons donc utilisé le budget restant pour réaliser cette saison (avec l’accord des partenaires).

Pour cette nouvelle saison, nos fidèles partenaires ont décidé de nous suivre à nouveau. En faisant de bons résultats, les primes de course peuvent également aider.

Quels sont tes objectifs pour l’avenir ? Pour 2020 ? 2021 ?

Le premier objectif est de réussir à reproduire les beaux résultats de fin d’année 2018. La 208 Racing Cup est une discipline de spécialistes, avec des pilotes talentueux qui participent depuis 4/5/6 ans. Se battre aux avants postes et réaliser un podium la première année est apparemment très bien, je vais tout faire pour que ce niveau de performance devienne régulier.

Le deuxième serait de réussir à rouler dans des voitures avec un plus gros potentiel. Cela passe par une belle régularité, de beaux classements, pour trouver de belles opportunités.

Quelle est la voiture que tu rêves de piloter ? La course à laquelle tu rêves de participer ?

En circuit, ce serait de participer aux 24H du Mans en LMP1.

En rallye, ce serait le Mexique avec une WRC nouvelle génération. En voiture de rallye, j’ai également un faible pour la Saxo kit car.

Rallye du Mexique 2017 (Jour 1 et 2) : Citroën rebondit
Rallye du Mexique 2017 – Citroën C3 WRC. (c) : DR

Conseil pour débutant et mot de la fin

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaite débuter en circuit dans le cadre des Rencontres Peugeot Sport en 2019 ?

De foncer!!! Que ce soit pour le rallye ou pour le circuit, cette formule peut aider (cela m’aurait moi-même beaucoup aidé pour le rallye si j’avais su). Je m’explique. La pratique sur circuit avec une voiture presque d’origine, permet de travailler les fondamentaux du pilotage. Vous apprenez à comprendre, à sentir la dynamique du véhicule, à ressentir le fonctionnement d’un pneumatique, les transferts de charges, tout ça dans un cadre sécuritaire puisque vous avez vos repères.

Les coûts sont maîtrisés, vous n’avez pas besoin de bloquer une route, vous n’avez pas de risques de couper un arbre parce que vous avez voulu trop sentir les freins ou l’adhérence. Il y a des risques, mais moindres.

A mon humble avis, je pourrais dire que les deux exercices sont complémentaires. La notion « pistard » peut être bénéfique pour des spéciales de rallye comme à Antibes ou au Mont Blanc. Le rallye m’a aidé pour le côté imprévu dans les bagarres en peloton, dans les passages dans l’herbe quand vous êtes portière contre portière etc…

Le circuit est également bénéfique pour la recherche de performance pure, comment aller chercher le dernier dixième, sur un tracé que tout le monde connaît, pourquoi telle méthode ou telle façon de faire est plus efficace à cet endroit.

Il manque une chose c’est les graviers sur la piste, mais bon, j’en ramène 😉

Un mot à ajouter ? Des personnes à remercier ? Une anecdote…

Les personnes qui me connaissent ou qui ont fait des manches avec moi pourront vous dire que ma vie est une anecdote à elle toute seule (il faudrait que j’écrive un livre d’ailleurs).

Pour illustrer ça, on peut prendre une phrase de JJ Renucci au retour de la Suède « ça fait 25 ans que je fais du rallye, je n’ai jamais eu autant d’aventures qu’avec toi en 10 jours », il s’en souviendra à vie (rires).

Je remercie évidemment tous mes partenaires, les personnes qui ont œuvré pour que je puisse toujours rouler, les personnes qui ont appris à me connaître, ma famille pour le soutien permanent, et PilotedeCourse pour l’interview 😉

Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que…
Théo Chalal : du rallye au circuit et pas que… photo (c) : DR

Merci Théo Chalal pour ce moment passé ensemble. Rendez-vous est déjà pris afin d’en savoir plus sur ta préparation. A suivre… iCi !

Restez connecté au site PilotedeCourse.com à sa chaine YouTube, sa Page Facebook, son compte Instagram et son compte twitter afin de suivre la saison 2019 des Rencontres Peugeot Sport et retrouvez le calendrier complet des circuits sur votre site préféré.






A propos Jean-Michel Marcelin 1740 Articles
Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Drift, Sim Racing et bien d'autres ... ainsi que du spectacle et du Fun à l'américaine.

2 Commentaires

  1. Bonjour Mr Marcelin, encore un excellent article et une bonne interview. Je suis mordu de sport auto et de rallye en particulier, alors bien sûr je consulte beaucoup de sites concurrents (Rallye Sport, Autonews, motorsport, …etc.) mais avec semble t-il beaucoup moins de moyens vous arrivez à proposer beaucoup d’articles de qualité sur notre beau sport, avec à mon goût trop peu de messages de soutient / remerciement ou simples avis. Ceci étant quand on voit le niveau de la majorité des messages de RS peut-être vaut il mieux que votre site ne soit pas trop « grand public « .
    Au grand plaisir de pouvoir continuer à vous lire.

1 Rétrolien / Ping

  1. Secrets de pilote - Théo Chalal - Pilote de Course

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.