Copilote de rallye c’est quoi







Mélinda Beuret Copilote
Mélinda Beuret Copilote. Crédit : DR

Copilote de rallye, généralement c’est quoi ???

Dans copilote de rallye, vous lisez bien co-équipier d’un pilote et … ce n’est pas rien.

Pour moi en voici la définition :

Personne donnant 50% de sa vie à son pilote et recevant 50% de la vie de son pilote.
Personne pour qui le 2=1.
2 baquets pour 1 objectif commun.

La fonction d’un point de vue extérieur est plutôt simple et sensiblement à la portée de tous. Un(e) passionné(e) de voiture dictant ou hurlant une succession de virages à droite ou à gauche à son pilote. Et pourtant, si je dois approfondir la chose, la liste serait bien plus longue et peut-être même effrayante pour certain(e)s !

Nous débutons par un projet commun et une motivation unique de 2 personnes liées par la passion. Le copilote rentre rapidement en scène après que l’aboutissement de ce projet soit, généralement, mener à bien par le pilote.

A moi de jouer :

  • Remplir les engagements en ayant préalablement réuni toutes les informations concernant le pilote et la voiture de compétition … et de reco aussi (et si possible).
  • Préparation du rallye avec différents plans pour une parfaite coordination. Plan de reco, de mouvement, de conso… en s’appuyant sur le règlement du rallye sans oublier de noter les particularités de l’épreuve, le répertoire téléphonique de toute personne utile etc…
  • Loger l’équipe ainsi que l’équipage et cela de façon stratégique.

L’aventure débute … nous y voilà !

On trépigne d’impatience à l’idée de découvrir le rallye grâce aux reconnaissances des routes où nous avons 3 passages par ES / 2 pour les manches ERC et mondiales.

  • Se placer au départ de chacune des ES grâce à notre road-book préalablement récupéré.
  • Suivre le road-book pour parcourir l’ES tout en écrivant les notes dictées par son pilote.
  • Surveiller du coin de l’oeil son plan de reco à chaque fin d’ES pour être certain de son timing sans oublier de remplir la feuille de reco.
  • Faire les autres passages avec le sourire car cela donne vraiment un avant-goût du rallye !

Le soir, point de repos du guerrier !

  • Remettre ses notes au propre ;
  • Ajouter son code couleur, ou autres astuces, pour savoir mettre la bonne cadence au bon moment et souligner les dangers à son pilote lors du passage en version course.

Sans oublier les dernières coordinations :

  • Faire le lien entre le pilote et l’équipe pour parfaire les derniers points comme la conso, la gestion des pneus, l’emplacement de l’assistance …

On se rapproche du départ … difficile de tenir en place mais :

  • Effectuer les vérifs administratives en ayant bien préparé les papiers
  • Récupérer les stickers du véhicule de compétition à apposer de façon parfaite et sans bulle sur le bolide.
  • Guider si besoin l’équipe pour le passage aux vérifs techniques et la mise en parc de la voiture.
  • Prendre connaissance de son heure de sortie de parc fermé qui sonnera à ce moment précis, le début d’un week-end cadencé à la minute près !

copilote de rallye

Jour J… on y est !

Jour tant attendu pour le grand départ de cette aventure qui s’annonce aussi folle que magique. On va pouvoir sortir la voiture et aller défier les chronos !!! L’adrénaline monte en puissance et l’impatience gagne. Vite, vite, vite !!! Mais là encore, point de repos pour le copilote. C’est du plaisir de parcourir à D les ES, mais c’est aussi beaucoup de rigueur et de concentration ! Le tempo est donné et à nous la responsabilité du timing. Le road-book sera notre livre de chevet. On cale le trip, on avance de case en case, on barre les passages sur le road-book et on n’oublie pas de rigoler avec son pilote pour installer une ambiance sympa et de cohésion.

Passage podium fait où chaque pilote expliquera juste vouloir arriver au bout du rallye dans une ambiance sympathique, on fonce à la 1ère assistance où tout le monde mise et prie pour un rallye sans incident mécanique et … on part, à 2, pilote et copilote, à l’affût des secondes.

Je rentre dans ma bulle où il y a très peu d’espace libre pour autrui. J’en ai besoin, je vide ma tête et la remplie du mode rallye …

Puis il faut :

  • Arrêter le véhicule et sortir les affaires de l’équipage.
  • Faire la pression des pneus.
  • Contrôler encore et toujours sa montre.
  • Pointer dans sa minute sous le soleil plombant, la pluie, le froid, le vent… heureusement les courageux commissaires ont toujours un petit mot sympa, un sourire (merci à eux pour tout cela, vous êtes au top !).
  • 3 minutes … oui 3′ pour signer la feuille de pointage, plonger dans l’habitacle, mettre en route la caméra, s’attacher correctement, brancher sa radio et dire ‘tu m’entends ? 1,2 ,1,2’, se mettre dans son mode course, répéter les premières notes à son pilote et … 5, 4, 3, 2, 1 on est parti !!!!!!

Nous devons avoir confiance en son pilote comme le pilote doit avoir confiance en son copilote. Le chant des notes débute. L’ES se fait mais nous devons :

  • Ressentir l’état du pilote;
  • Si besoin canaliser, encourager ou motiver celui-ci;
  • Modifier les notes;
  • Ne rien appréhender;
  • Tout laisser en plan et sortir le plus vite possible en cas de problème sur l’ES (crevaison, fossé etc …) et repartir avec la même motivation en s’attachant en un temps-record.

On passe l’AES ! (l’arrivée de l’ES). Yessss, mais il faut :

  • Donner son carnet de pointage;
  • Noter son temps et celui des concurrents le tout en même temps que nous accueillons avec le sourire le casque et la cagoule généralement trempé de notre pilote.

100 mètres plus loin, ne pas oublier de :

  • Sortir pour ranger les casques et prendre les mickeys;
  • Contrôler les pressions;
  • Remonter en voiture;
  • Noter les pressions et prendre le road-book;
  • Se connecter au net pour regarder les temps toutes les 3 minutes (les pilotes adorent cela !)
  • Rassasier son pilote avec des barres de céréales
  • Revivre l’ES avec lui …. et on repart vers le CH suivant !

Le soir, la bonne humeur est de mise (si les chronos sont bons bien sûr, lol), resto, rigolade et dodo ! Ah nonnnn pas pour le copilote car il doit attendre de connaître l’heure de départ de l’étape suivante et parfois cela peut être très tardif !

Et le lendemain nous repartirons sur le même modèle que la journée précédente.

Je cadence les assistances, les routiers, les ES et toujours avec la fameuse bible road-book sur les genoux et … la dernière ES se présente et se passe. On l’a fait ! De suite nostalgique car jamais pleinement rassasiée de chronos, j’arbore un large sourire de gosse ayant réalisé un rêve. … Car oui, pour ma part, je vis pleinement mes rêves de gosse lorsque j’occupe le baquet de D et je mesure combien j’ai (eu) de la chance, donc, ce large sourire est de mise, mais aussi, tout naturellement accroché à mon visage.

Le podium approche, le carnet va pouvoir être restitué, nous allons enfin pouvoir relâcher cette pression accumulée et savourer pleinement ce rallye passé.

Ça y est … je sors petit à petit de ma bulle et je réalise ce qui a été accomplie. Un grand bravo à notre équipe, car le rallye sans équipe est impossible et le passage de l’arrivée impensable. Ils ont fait du super travail. Je prends conscience du soutien reçu lors de ces derniers jours et de ces dernières heures et c’est fantastique. Je vois ceux qui m’entourent (pour ceux qui me connaissent je vous vois rire à la lecture car oui j’admets, je ne suis absolument pas physionomiste et cela à mon plus grand regret) et ça fait vraiment du bien de se reconnecter au monde et de pouvoir partager le plaisir de cette aventure. Fièrement, je porte les couleurs de mon partenaire rallye ‘Espace Automobile‘.

Généralement, nous les copilotes, resterons jusqu’à la fin du rallye dans l’ombre de notre pilote sans obtenir grâce aux yeux des speakeurs, journalistes etc … mais je note que certains ont toujours un mot sympathique et sachez que cela fait toujours drôlement chaud au cœur… mais il ne faut pas prendre se rôle à D pour être connu et/ou reconnu. Il faut le prendre par passion.

A l’origine de ce podium c’est deux personnes indissociables qui ont su danser sur la même piste et au même rythme.

Ça y est c’est terminé … La voiture est garée !

Le rêve est réalisé et immortalisé grâce aux merveilleux clichés des photographes. Le cœur est rempli de bonheur grâce aux regards souriants croisés tout au long de l’épreuve, aux petits ‘coucou’ des enfants rencontrés sur le routier, de la fierté dans les yeux de nos proches …

La magie a opéré, l’accomplissement est bel et bien là et un grand merci à mes pilotes grâce à qui j’ai grandi. Sacré week-end où j’ai certainement perdu quelques kilos sous cette folle cadence mais gagné énormément car à jouer avec les limites, cette passion rend vraiment ‘vivant’ !

Voici ce qu’est pour moi, et selon ma maigre mais très enrichissante expérience, le rôle de copilote … et … ce n’est pas rien.

Melinda Beuret – Espace Automobile






A propos Mélinda Beuret 1 Article
Copilote de rallye. Du national à l'ERC et de la R2 à la R5 mais toujours avec la volonté de découvrir d'autres aventures.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*