Christian Lavieille interview avant le Dakar 2018







Christian Lavieille interview avant le Dakar 2018
Christian Lavieille interview avant le Dakar 2018. (c) : DR

Christian Lavieille interview avant le Dakar 2018

Pour sa 40ème édition, la 10ème sur le continent Sud Américain, le Rallye Dakar pourra compter dans ses rangs sur la présence de Christian Lavieille. Fidèle au poste depuis 15 ans maintenant, l’ancien motard, deux fois titré en Champion du Monde d’Endurance, tentera de conserver son titre dans la catégorie Marathon, au volant de son Toyota VDJ200 d’usine … et de série (catégorie T2).

Nous avions pris rendez-vous avec Christian Lavieille après le Silk Way Rally 2017 où il nous avait déjà parlé de rallye-raid, du Dakar 2018, de sa passion pour le sport, le ski et la montagne.

C’est donc une légende du Dakar que nous avons le plaisir d’accueillir une nouvelle fois sur Pilote-de-Course.com. C’est pour vous et c’est maintenant. Allez, c’est parti !

Christian Lavieille interview avant le Dakar 2018
Le Team Land Cruiser Toyota Auto Body est prêt ! (c) : DR

Le parcours du Dakar 2018 vu par Christian Lavieille

Que penses-tu du parcours du Dakar 2018 ? Heureux de retrouver le Pérou ?

Oui, je suis heureux car c’est l’occasion de retrouver du sable et ça c’est important. Il y a quatre voir cinq jours de sables où ça sera bien. Tu peux faire plus facilement la différence dans le sable. Même si dans la catégorie T2 [voitures proche de la série] ce n’est pas idéal car nos voitures sont lourdes et il faut s’arrêter pour dégonfler, puis à nouveau pour regonfler. Mais c’est un terrain qui sera plus sélectif et ça c’est une bonne chose.

Deux étapes de plus cette année (14 au lieu de 12) c’est une bonne chose ? ça rend la course plus difficile ?

Ce qui va rendre la course plus difficile c’est certainement les 5 jours au Pérou, si les conditions sont compliquées, si il faut chaud … Après ce qui va être compliqué et où la course va se jouer, c’est certainement du coté des deux étapes de Belén et Fiambala car ceux sont des terrains très compliqués.

A chaque fois que nous sommes passés là bas, ça a toujours été compliqué. L’année passée, l’étape de Belén avait été annulée en raison des intempéries. En général on ne faisait qu’une spéciale : soit Belén-Belén soit Fiambala. Là, cette année on a les deux, deux jours de suite … ça peut être énorme. Si nous avons des conditions difficiles, avec la chaleurs, il va falloir être costaud pour en sortir.

As tu une étape favorite sur le papier, une étape où tu penses pouvoir faire la différence ?

… peut être sur ces deux étapes là (Belène et Fiambala). Ceux sont deux étages où il va falloir être intelligent. Sinon le sable en début de course, c’est sur ça va être compliqué. La course pour nous va se jouer sur ce genre de terrain. Si tu te mets dans une mauvaise cuvette, dès les premiers jours, tu as vite fait de perdre beaucoup de temps. Il va falloir être vigilant, faire un bon début de course.

Suite en page 2






A propos Jean-Michel Marcelin 1497 Articles
Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Drift, Sim Racing et bien d'autres ... ainsi que du spectacle et du Fun à l'américaine.

1 Rétrolien / Ping

  1. Abandons Rallye Dakar 2018 - Pilote de Course

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.