Opel Speedster Turbo GT10 – GT de série.







Opel Speedster Turbo GT10
Opel Speedster Turbo GT10

Opel Speedster Turbo GT10 de Cédric Delage.

Le groupe GT de série :

Le groupe GT de série a vu le jour en France il y a plus de vingt ans. Notamment sous l’impulsion de Michel Hommel et la revue Echappement, désireux de faire rouler en course leur toute nouvelle Berlinette. Une initiative française donc, sous l’égide de la FFSA, où ces véhicules de type GT (Grand Tourisme) étaient au départ 100% de série. Pneus y compris. La réglementation a évolué petit à petit, à commencer par les pneus, pour aujourd’hui permettre d’améliorer et fiabiliser ces autos et en faire de véritables voitures de course (vous pouvez consulter ici le règlement technique 2015 : reglement-technique-gt-de-serie-2015).

Le groupe GT de série est divisé en deux classes (sous-catégories) : le GT9 qui accueille les auto deux roues motrices de moins de 2 litres de cylindrées (moteur atmosphérique), et le GT10 pour toutes les autres. Une liste de véhicules déjà homologués est disponible (liste-des-vehicules-homologues-en-gt-de-serie-2015-maj-18-03-2015). Vous pouvez faire une demande auprès de la FFSA afin d’ajouter votre auto à cette liste – l’homologuer en Groupe GT de série – dans la mesure où elle respecte les dispositions de ce Groupe.
Cédric Delage Speedster 2015

Opel Speedster Turbo GT10 : joue-la comme Cédric Delage.

Le tableau étant dressé, intéressons nous à présent à l’Opel Speedster Turbo GT10 et plus particulièrement à celle de Cédric Delage.

Opel Speedset Turbo de série :

De série, l’Opel Speedster Turbo est un coupé sportif deux places à carrosserie de type roadster avec toit targa. C’est une propulsion (roues arrières motrices). Son moteur est placé en position centrale arrière. Il s’agit d’un 2 litres turbo développant 200 ch de série, accouplé à une boite manuelle à 5 vitesses (synchro). Elle a été produite chez Lotus à Hethel en Angleterre, de 2002 à 2005. Son châssis baignoire en aluminium collé a été repris à la Lotus Elise. Il s’agit d’une auto disposant d’un excellent rapport poids/puissance tout en disposant d’un prix relativement accessible pour ce type d’auto. C’est en tout cas le constat de Cédric Delage :

J’ai cherché une auto capable de jouer devant, en rallye régional et national, pour un budget de 20-25 000 euros, sans trop d’entretien. J’ai fait un truc très simple. Je suis allé sur le site zeperfs, que  tout le monde connait, j’ai recherché les voitures disposant du meilleur rapport poids/puissance. J’ai regardé le marché de l’occasion et mon choix s’est porté sur l’Opel Speedster Turbo.

Opel Speedster GT10 Cédric Delage

Opel Speedset Turbo GT de série : le cout d’achat

Cédric Delage a fait l’acquisition d’une auto déjà préparée en configuration course. Il s’agit d’une Opel Speedster Turbo, fiche FFSA : GT 00028. Son prix d’achat en 2013 : 23 500 euros.

L’Opel Speedster que j’ai acheté prête à courir m’a couté 23 500 euros. Elle appartenait à Philippe De Broca qui courrait du coté de Sainte Maxime et qui disputait deux rallyes régionaux par an. Il tournait dans les 20-30 au scratch. Je l’ai entièrement révisé, je l’ai réglé, j’ai essayé de l’améliorer. C’est une auto très particulière. Tout le poids est sur l’arrière. C’est une propulsion, moteur turbo, assez violente. Elle a beaucoup de couple, c’est son point fort. Par contre il n’y a pas de direction assistée, la voiture est très basse, on est très confiné à l’intérieur, plus d’1m80 s’abstenir. Une boite synchro qui pénalise lors des changements de rapport et malgré un couple court, je n’ai jamais passé la 5ème en course.

Opel Speedster Turbo GT10 habitacle
L’habitacle étroite de l’Opel Speedster Turbo GT10. Crédit : pilote-de-course.com (cliquez pour agrandir)

La réglementation en Groupe GT de série impose un moteur de série ce qui permet de disposer d’un groupe propulseur fiable. De plus cette même réglementation autorise quelques ajustements permettant d’améliorer sensiblement les performances et la fiabilité comme la reprogrammation moteur (cartographie), l’admission d’air, l’homologation de boite à crabot sur certains modèles (pas sur le Speedster), suspensions, etc… A ce sujet Cédric Delage précise, concernant son Opel Speedster GT10 :

Le moteur est de série, conformément au règlement. J’ai fait refaire la cartographie moteur (reprogrammation du calculateur). D’origine c’est une voiture qui développe 200 chevaux. Avec une reprogrammation vous êtes déjà à 240-250 chevaux. Je dispose dispose de gros injecteurs et d’une admission directe.

Opel Speedster Turbo GT10 Moteur
Opel Speedster Turbo GT10 Moteur. Crédit : pilote-de-course.com (cliquez pour agrandir)

Coté châssis, l’auto est équipée de toe link renforcés. Les toe link sont des barres au niveau des triangles arrières, c’est très important. D’origine il est possible de régler la géométrie des trains sur l’Opel Speedster : la chasse, le carrossage. Les suspensions sont aujourd’hui d’origines, retarées par le spécialiste aveyronnais VIAROUGE (pour 750 euros de mémoire).

Opel Speedset Turbo GT de série : le cout de fonctionnement

Lorsqu’on fait l’acquisition d’une voiture et plus particulièrement d’une voiture de course, le cout de fonctionnement est un élément à ne surtout pas négliger. De ce coté, l’Opel Speedster Turbo GT10 semble être une fois de plus une très bonne surprise pour Cédric :

Entre chaque rallye à part mettre un coup de chiffon et resserrer les boulons je ne fais pas grand chose. (rire). Je fais une vidange moteur tout les trois rallyes régionaux (huile et filtre). Il faut bien sur surveiller les consommables comme les plaquettes et le pneus. Mais l’auto est très légère et donc ne consomme pas beaucoup de pneus. De plus j’ai la chance d’avoir HANKOOK qui me soutient de ce coté là, ainsi que  MOTUL pour l’huile.

Conclusion : Cédric roule pour … zéro euro !

En mettant bout à bout le faible coût de fonctionnement de l’Opel Speedster, sa fiabilité, les primes d’arrivées décernées au vainqueur du Groupe GT, la participation de son excellent copilote Laurent Bondoux, l’aide précieuse d’un cercle d’amis toujours prêts à rendre un coup de main et ses fidèles partenaires – HANKOOK pour les pneus, MOTUL pour l’huile, V2P automobile, les ambulances Bessière ainsi que l’écurie Polie Nationale qui lui libère du temps pour pratiquer le sport automobile – Cédric équilibre parfaitement son budget. Une saison ne lui coute rien (en dehors de cout d’achat de son auto). Pas si courant de nos jours !

Bonus vidéo :

Embarquez dans la Renault Megane 2 RS Moteur Amto (F2014) de Philipe Corneau (à gauche) ou dans l’Opel Speedster Turbo GT10 de Cédric Delage (à droite) sur l’ES de Saint Julien lors du Rallye du Val Dadou 2015. Qui réalisera le meilleur temps ?

Merci à Cédric Delage pour son temps, sa franchise, sa simplicité et sa sympathie. Merci à Midi Pyrénées Motorsport pour la caméra embarquée de Cédric Delage, ainsi qu’à Philippe Corneau pour la sienne. Et merci enfin à vous, qui êtes toujours plus nombreux sur PILOTE-DE-COURSE.com 🙂






A propos Jean-Michel Marcelin 1129 Articles
Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Sim Racing et bien d'autres ... ainsi que du spectacle et du Fun à l'américaine.