Chronique : les femmes, le rallye et le haut niveau







les femmes, le rallye et le haut niveau
les femmes, le rallye et le haut niveau

Chronique : les femmes, le rallye et le haut niveau

Nous sommes allés à la rencontre d’une amie copilote expérimentée, afin de vous proposer de nouveaux articles pour PILOTE-DE-COURSE.COM, sous une forme nouvelle. Disons sous la forme d’une chronique piquante.

Pour cette première, c’est « Amazone » qui nous fait l’honneur de partager son expérience et son ressenti actuel. C’est elle qui s’exprime (dans le « je ») ci-dessous. Elle n’ a pas souhaité communiquer son nom par soucis de discrétion. En tant que copilote, on est habitué à rester dans l’ombre. Elle n’a encore jamais écrit pour la presse, ni été interviewée dans nos colonnes. C’est une première pour elle, en souhaitant que ça vous plaise et que vous pourrez répondre à ses interrogations.

Bonjour à toutes et tous,

Voilà que Jean-Michel me propose d’écrire un article pour PILOTE-DE-COURSE.COM. La tuile, ou la chance. Oui mais pour parler de quoi ? « De ce que tu veux », qu’il m’a dit, « tant que ça parle rallye et passion ».

Alors voilà, moi je suis de sexe féminin. Je suis copilote, depuis quelques années déjà. Sans vouloir être féministe, il faut quand même reconnaître qu’être une femme dans le milieu du rallye, ce n’est pas facile. Il faut se faire une place, être crédible, se faire respecter.

Je constate qu’il y a une seule femme copilote dans les 20 premières voitures de la liste des engagés du Monte-Carlo 2017 … Sur les épreuves régionales on en trouve beaucoup plus. Ca veut dire quoi ? Que nous les femmes préférons les petits rallyes, les spéciales courtes ? Peut être que c’est la neige qui nous effraie ?

Et que dire de ces femmes copilotes qui démarrent avec un pilote inconnu sur des formules de promotion, et qui se font éjecter dès que cela devient intéressant (Championnat du Monde) et remplacées par un mec ?

Pourtant on sait prendre et annoncer des notes, changer les roues, faire les pressions, faire de la mécanique, faire un plan d’ouvreurs, de conso, d’assistance… Alors quoi ?

J’ai pu constater durant toutes ces années ces situations, mais je n’ai pas d’explications. En discutant avec certaines personnes, il a été avancé le fait qu’un équipage mixte, courait le risque d’avoir une relation amoureuse. Et si ne marchait pas … on fait quoi après dans la voiture, quand l’amour n’y est plus ? A compétences égales, moi même j’ai eu des refus car je suis une femme !

Si vous avez des réponses à apporter, je suis preneuse.

Amazone






A propos Jean-Michel Marcelin 1178 Articles

Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Sim Racing et bien d’autres … ainsi que du spectacle et du Fun à l’américaine.

1 Commentaire

  1. Tu as raison Amazone
    J’ai fait une cinquantaine de rallyes en 6 ans, avec pour pilote mon chéri. Le demon de midi l’a envoûté, nous sommes séparés depuis 2 ans et à présent je ne fais que liker des images sur Facebook !
    Plus de rallye ! Punie! Mieux vaut un équipage féminin. Des fleurs, des coupes, des potes et de la pure passion. Je t’embrasse. Opaline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*