Sébastien Ceugnet au Rallye Montagne Noire 2018 !







Chronique de pilote : Sébastien Ceugnet au Rallye Montagne Noire 2018
Chronique de pilote : Sébastien Ceugnet au Rallye Montagne Noire 2018 photo(c):DR

Chronique de pilote : Sébastien Ceugnet au Rallye Montagne Noire 2018…

Afin de vous faire vivre au plus près et de la manière la plus vraie et la plus intense possible votre sport favori, le rallye, retrouvez la chroniques d’un pilote de course.

Aujourd’hui, Sébastien Ceugnet vous fait partager son expérience dans un style très naturel suite à sa participation au Rallye Montagne Noire 2018 au volant de sa petite Citroën AX Gti N1. C’est lui qui s’exprime (dans le « je ») ci-dessous.

Sébastien Ceugnet au Rallye Montagne Noire 2018 : « … nous leur dédions notre victoire et nous n’oublierons jamais »

Résumé du 39ème Rallye Montagne Noire en Championnat de France des Rallyes 2ème division.

« Salut à toutes et à tous,

Me voilà de retour après quatre ans d’absence sur cette très belle épreuve organisé par Gérard Bertrand et son équipe, ça c’est décidé en Mai suite à un message avec mon ami de Douala (Cameroun) Marc D’ACUNTO. Notre dernière collaboration date d’il y a huit ans, ici même en Saxo N2. En plus d’une nouvelle amitié grâce à Jérome Lacroux, j’en avais gardé un très bon souvenir.

Aidé par le sponsor de Marc, la société PROMYGES, je peux à nouveau m’aligner au départ cette année avec le numéro 123, merci à tous !

J’ai également eu la chance d’être co-piloté par Mélissa, la fille de Marc, au Mistral 2016, nous y avions fait des « étincelles » ensemble au volant d’une Saxo au mieux de sa forme. La pauvre Mélissa pour son deuxième rallye seulement et un seul tour de reconnaissance, n’y avais jamais perdu son flegme, et il y avait de quoi avec mon caractère plutôt « rageur » qui plus est dans une épreuve très courte et intense que je connais par coeur.

Pour cette année, une plus modeste AX Gti a fait son retour dans la plus petite catégorie toujours du groupe N, une excellente auto tant par son comportement que de part son coût d’usage et sa fiabilité. Et même si les plateaux explosent de moyens financiers ces dernières années, elle est encore capable de bien se classer mais surtout de m’apporter autant de plaisir au volant qu’avec la Sax’.

Encore faut-il ne pas connaitre de problèmes, ne rien lâchez du début à la fin et surtout être rapide au volant ce qui me fait plus défaut avec l’âge mais j’accepte ce challenge car du coup, je ressens moins les années passées…

Nous sommes 124 équipages au départ, malheureusement que trois dans notre catégorie, Gérard Nicoli, Yann Saumade et nous.

Dans la première spéciale (Le Rialet 15 kms) il nous faut vite prendre le rythme, la route est très très rapide et parfois change pour un parcours plus serré avec des virages qui referment et quelques plaques noires, le tout de nuit… Pas évident avec la troisième vitesse qui saute quand l’auto est en appui en virage. Marc, qui n’a plus co-piloté depuis trois ans, n’est pas au mieux aussi et l’AX ne regorge pas de « watts » malgré la très bonne préparation moteur de mon ami Fred Bertin avec un boitier PROLOG que je vous recommande vivement, la moindre hésitation à la pédale de droite se paye.

Nous rattrapons malgré tout notre concurrent qui partait devant nous, Nicoli, juste sur la cellule d’arrivée. Yann est plus rapide, mais pour une première participation et trois passages de reconnaissances ne peux lutter à armes égales et termine à vingt secondes. Tous les pilotes ne sont pas du calibre d’un Cédric Durand, et moi le premier.

La seconde spéciale arrive (Le Pas du Sant 11 kms) une route moins rapide et plus étroite mais qui grimpe plus qu’elle ne descend, toujours de nuit ou la moindre erreur se paye cher. Le rythme est meilleur, on s’engage dans des successions de virages entre parapets et talus dans les sous-bois de la montagne noire, jusqu’a un « gauche 2 sur pont » là l’AX sous-vire d’un coup sur de la gravette et des pierres laissés par le concurrent de la Civic N2S partit un peu plus tôt, il a emporté au passage une partie du dit pont. Avec Marc nous avons cru un bref instant que c’était fini mais l’auto pivote au dernier moment et nous continuons avec des déjaugeages du à un manque d’essence, faut bien compenser nos gros poids avant la grosse descente et ses cinq épingles.

Plus loin dans un passage épousant les replis de la montagne notre rampe de phare décide de nous abandonner, nous terminons comme on peux en code car le commodo position phare est HS (qui commande réglementairement la rampe d’ou son arrêt…) dans une partie en fond de vallée très rapide jusqu’a l’arrivée à Escoussens.

Malgré cela nous remportons de justesse cette fois le meilleur temps mais nous sommes classés plus loin au scratch, à la 77ème place. On va allez dormir, enfin on va essayer…

Le jour est là et trois boucles de trois spéciales sont à faire, heureusement qu’il ne fait plus aussi chaud que la veille avec un temps couvert.

La spéciale de Fontbruno (très typé course ce cote) et ses 14 kms est assurée, viens alors le petit village de Laprade sur la liaison qui nous accueille chaleureusement et ses habitants nous offrent un beau banquet bien agréable faits de produits locaux pour me remettre de ma courte nuit, croyez-moi bien mieux que le Red Bull !

Avec de nouvelles ailes, vient le regroupement et l’assistance. Fred Bertin du garage Renault Sport à Bédarieux nous assure un moment au top aidé par la famille de Marc et trouve la panne du rapport qui saute, en fait c’est la biellette de tringlerie qui tape sur une durite du circuit de frein, avec le déplacement du moteur en virage, le rapport saute en appui dans les virages à droite. Plus serein au volant nous attaquons encore mieux et avec de bons pneus Hankook, nous prenons tous les meilleurs temps de catégorie à nos adversaires, mis à part dans la dernière mais nous allons y venir…

Avant dernière, La Loubatière 10 kms allongée cette année à 10,700 kms, de pur descente pour gros coeur , difficile et technique, parfois ultra rapide avec un passage du coté du « Trabeix de la Baicho » à bloc absolu entre les arbres et sur une route assez étroite, avec Le Rialet, elle est ma préférée, nous réalisons là le meilleur classement du rallye pour nous entre deux N2 plutôt bien conduite. Mais la transmission me donne un « effet » bizarre au détour d’une ou deux relances notamment à l’épingle spectacle de Fontiers Cabardès…

Enfin la dernière spéciale du rallye, Salsigne 12 kms, rapide avec un long plateau coupé par deux chicanes, typé pour les grosses autos où les relances sont importantes. Derrière nous pointe une belle BMW Compact n°61, celle de Anne-Marie POMARES et de Jean-Pierre SOULIE.

J’ai soudain le pressentiment d’une sentence après ces 138 kms de chrono… j’appelle Fred pour lui expliquer ce problème de boite mais plus de temps de discuter, il nous faut pointer et partir sans certitude d’y arriver. Avec Marc, nous décidons d’assurer avec plus de deux minutes d’avance sur le second et six minutes sur le troisième. Mais l’AX a un mal, les relances sont très longues et le bruit s’amplifie. L’auto motrice de moins en moins, en warning et prêt à s’arrêter à tout moment, on profite de la descente où nous sommes rattrapés avant la cellule par la compact. Nous réussissons à arriver au point stop à l’agonie pour l’AX en perdant 1 minute et vingt secondes sur notre précédent chrono. Mais il reste à faire plus de 20 kms de liaison, dont environ les quatre derniers sont en descente…

Nous sommes sur le bas coté de la route de Carcassonne. De rage nous n’avons pas baissé les bras en poussant l’auto comme des damnés sans même se rendre compte qu’il n’y a plus d’espoir en essayant tout ce qu’on pouvait, l’abandon le plus cruel va arriver…

Quand tout à coup Anne-Marie et Jean-Pierre Soulié, solidaires et généreux, décident de nous pousser et se faisant nous arriverons sous l’arche d’arrivée à Mazamet après une bonne partie en descente au point mort et tout en trajectoire digne d’un Laurent Jalabert !

Vous comprendrez volontier que nous leur dédions notre victoire et nous n’oublierons jamais ! Je n’ai pas de mots assez forts pour les remercier. Ils me répondent  : « on aurait aimer qu’on le fasse pour nous ». Tout est dit.

Merci à tous, en particulier ma famille, Jeanette, Mélissa, Marc, Fred, David et tous mes amis. Vive le sport !

Sébastien »

Retrouvez également …

Restez connecté au site Pilote-de-course.com, à sa chaine YouTube, sa Page Facebook, son Instagram et son compte twitter afin de suivre la saison 2018 de la Coupe de France des Rallyes et retrouvez le calendrier complet des rallyes sur votre site préféré.






A propos Jean-Michel Marcelin 1578 Articles
Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Drift, Sim Racing et bien d'autres ... ainsi que du spectacle et du Fun à l'américaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.