Rallye de Vaison 2015 par Denis Hugues (1).







Rallye de Vaison 2015 par Denis Hugues
Rallye de Vaison 2015 par Denis Hugues. Crédit : Lilian Guibert

Rallye de Vaison 2015 : récit de pilote.

Le Rallye de Vaison 2015 s’est disputé le WE du 28 Février au 1er mars 2015 autour de Vaison-la-Romaine dans le Vaucluse (84). Ce rallye régional, organisé par l’ASA Vaisonnaise et le team Vasio Romain en était à sa 32e édition. Un parcours total de 209,35 km est proposé aux 143 équipages engagés (6 épreuves spéciales, 36,42 km de chrono), preuve s’il en était, de son succès.

Franck Lions, dominateur en début de course, sort de la route et laisse la victoire à Frédérik Casciani (Megane Kit Car) devant Paul Clier (BMW Compact) et Christophe Lancioli (Peugeot 206). Classement complet …

Denis HUGUES et Laurent ARNAUD étaient engagés sur un Opel Manta dans le groupe F2000. En plus de son gout certain pour les automobiles sportives et son sens de l’attaque, Denis manie la plume (enfin le clavier) avec autant de virtuosité que le volant. C’est ce « récit de pilote » que nous avons le plaisir de vous proposer aujourd’hui (et demain) sur pilote de course.com. Un grand merci à toi Denis pour ce moment de partage 😉

Rallye de Vaison 2015, récit de pilote, par Denis Hugues.

Samedi 28 février 5h30 du mat’… un quelconque chanteur beugle dans mon radio-réveil un son que mes tympans se refusent à analyser … 3 secondes et 4 dixièmes plus tard, ma neurone rallystique s’éveille et affole le reste de la machine … « Yes, c’est la reprise !!!! aujourd’hui Rallye de Vaison !! » j’ai curieusement plus d’entrain que le lundi matin à la même heure, nous nous comprenons !

Trente minutes plus tard, mon bon vieux RAV4 tracte ma bonne vieille Manta vers le point où nous confluons tous. Les 50 minutes de trajet me permettent de me remémorer les mois passés, et surtout cette fin de soirée printanière d’avril 2014 où, Eric et moi, le postérieur mal installé dans une colline rocailleuse et surpeuplée de sangliers grattouillant dans un périmètre trop proche du notre, attendions la fin de la première étape du Rallye de Venasque. En spectateurs ?? non … En équipage dépité ayant dans son champ visuel une très belle auto dont le moteur venait de nous offrir ses derniers soupirs après 11 années de bons et loyaux services.

Dix mois ont passés, et enfin la Manta est prête. De gros travaux ont été réalisés, un nouveau moteur, une nouvelle injection, un nouveau circuit d’essence, etc…etc…etc… Mais pris par le temps (il passe vite ce gueux !!) et par des soucis techniques et informatiques qui n’ont eu de cesse de retarder la préparation, nous n’effectuerons pas de séance d’essais. Le Rallye de Vaison en sera donc une grandeur nature.

7h00 !!! la gomme des pneus de la Manta converse avec l’asphalte qui borde la place François Cevert. Nous stationnons à proximité immédiate du centre culturel qui abrite les vérifications administratives, et 20 ans après mon premier « Vaison », je ressens toujours cette même atmosphère si particulière… impalpable… agréable… vitale ? Peut-être pas, mais tellement nourrice de notre passion qu’il est difficile de s’en passer. Cette atmosphère naît en ce début de matinée dans cette salle qui s’est, au préalable, parée d’affiches colorées à consonance « automobilistique ». Nombre de silhouettes connues déambulent, les classeurs étiquetés F2000, N, A, R et contenant les bulletins d’engagements sont béants sur ces tables dressées à des fins compétitrices. Les têtes se tournent lorsque retentissent les premiers décibels gages de tours-moteurs… des masses agressives et colorées s’agglutinent, plus ou moins en file indienne, auprès de nous. L’atmosphère croît crescendo au fil des minutes … L’ambiance redonde, des visages amicaux abondent pour notre plus grand bonheur, les nuances sonores attirent les oreilles expertes et sèment, dans les esprits passionnés, nombre de questions quant aux diverses préparations mécaniques des belles et de leurs performances dans les heures qui suivent.

Alors que la « mission collage d’autocollant impossible » s’achève, Jean-claude, qui vient de passer ses dernières semaines sur le moteur de mon auto, pointe le bout de son nez. Le Suisse, surnom facile s’il en est de par ses origines, lance le traditionnel et matinal « Alors, ce moteur, il tourne ?? ». En guise de réponse, je presse le bouton ad hoc et donne vie à cette alchimie magnifique … Les zygomatiques du Suisse s’agite, les miens aussi !! Quelques minutes après, le moteur étant à température, j’ose une montée en régime … 5000, 6000, 6500 ….. rupteur !! Rupteur à 6500 !!! c’est la catastrophe !!! La spécificité du moteur 16 soupapes C20xe étant ses performances à haut régime, soit entre 6000 et 8200 tours minutes, il est impensable de rouler dans ces conditions !!

Nos zygomatiques sont en RTT longue durée … Nous retardons notre passage aux vérifications techniques et entamons de disséquer la bête. Le Suisse branche l’ordinateur et contrôle les données, tout est OK, nous tentons une nouvelle mise en route, 6300 hurle Jean-Claude !! nouvel essai, 6500 !! Méthode radicale, nous décalons le rupteur à 32 000 tours/minute … L’espoir ne durera que quelques secondes, 6500 de nouveau … Les cerveaux fument, calmement toutefois, n’oublions pas la légendaire décontraction helvétique !! « Denis, passe aux techniques, je pars chercher des pièces chez moi, nous les changerons à la première assistance » clame Jean-Claude ! Je m’exécute et me dirige vers les techniques, tandis que notre Suisse préféré, bonnet péruvien vissé sur la tête, part vers de nouvelles aventures … d’ailleurs !! si en ce samedi matin vous avez croisé un break Opel rouge, accusant une bonne trentaine d’années et roulant à l’éthanol, à des vitesses délictueuses ou dans des positions acrobatiques, j’espère que vous avez fermé les yeux !!! c’était pour la bonne cause !! et puis, le personnage a quand même, en son temps, participé à des épreuves tels que le Rallye de l’Acropole, le RAC et bien d’autres défis automobiles mythiques.

Nous retrouvons l’ami Philippe, commissaire ô combien sympathique et fidèle à son poste. Il scrute avec amour les contours de notre auto, qu’il connait depuis tant d’années. Quelques anecdotes fusent, et après les contrôles de rigueur, il applique, telle une caresse, sa signature sur la portière de la Manta. Bonne pour le service !! Enfin presque.

Laurent et moi quittons désormais le parc fermé et rejoignons nos connaissances et amis à proximité, sans oublier de faire un bisou en passant à l’équipage féminin composé de Jocelyne et Amandine. L’inquiétude se lit sur nos visages, les avis divergent, certains nous rassurent, d’autres nous stressent, bien malgré eux. L’intensité qui précède le départ est toujours délicate à négocier, même lorsque tout va bien. Le cas échéant, je crains de devoir renoncer avant même la première épreuve spéciale, situation que je n’avais en aucun cas imaginée et à laquelle je ne peux me résoudre. Les minutes s’écoulent, puis les heures … Il est midi, un sourire à l’intonation helvétique s’éclaire au milieu de cette foule dont le brouhaha s’éteindra dès la fin des vérifications techniques. Ouf !! il est de retour, entier (re-ouf), les bras chargés et l’air confiant. Ses premiers mots ne furent pas ceux auxquels je m’attendais « Bon, les jeunes, il serait peut-être temps d’aller remplir nos panses !!! ». Rire collégial !!!

Laurent a dévalisé le supermarché du coin, et vient certainement de contribuer à l’extinction d’une espèce animale au vu du nombre de boites de terrines qui garnissent le sac !! Le moment de convivialité qui s’ensuit fait partie intégrante des rallyes, un moment que chacun vit différemment. Les pilotes peuvent avoir l’estomac noué, et la sensation d’avoir avalé l’équivalent d’un hippopotame alors qu’en réalité seul le quart d ’une tranche de jambon vient de franchir leur gosier. Les copilotes, néophytes ou expérimentés, ont un ressenti bien différent, et profitent d’un moment frugal pour la plupart d’entre eux, mais il arrive que la responsabilité qui leur incombe paralyse certains. Les accompagnants, qu’ils soient assistance, parents ou amis, complètent et équilibrent cette joyeuse assemblée. Ces derniers profitent pleinement de ces tablées improvisées et nous aident à franchir ces longues heures qui précèdent le départ.

15h40, Laurent et moi quittons l’assistance pour rejoindre le parc de départ. Hervé et Jean-claude sont prêts à nous recevoir, outils en mains, pour tenter de dénicher le loup qui handicape ma mécanique. Bob, qui part avec le n°90, et Lionel, son copilote qui fête son premier rallye, lâchent conjointement un « ça va le faire !!! » auxquels nous répondons par un sourire crispé …

16h03, nous prenons le départ et nous élançons enfin vers l’assistance où nous disposons de quinze petites minutes. Bien sûr, l’entrée du parc est obstruée par un autochtone qui ne comprend pas ce qui se passe et qui harangue les commissaires en place… 3 gros coups de gaz suffisent à mettre en fuite le rebelle !!! Je cale l’auto sur sa bâche, le Suisse et Hervé se jettent sous le capot moteur et entreprennent le remplacement du capteur Point Mort Haut, pièce qui, par déduction, nous semble être la cause de nos tracas. Un placide « Met en route » jaillit de la bouche de Jean-claude. « Vrooooaappp….vvvrrooooooaaaappppppppp » la manta crache ses chevaux … 7500 tours !!!! à n’y rien comprendre, nous avons gagné 1000 tours/minute, mais il manque encore 700 tours !!! Je coupe le moteur, nos regards se croisent, nous nous sommes compris, nous allons prendre le départ comme ça. Tant pis pour la performance, mais le plaisir sera quand même présent et c’est bien l’essentiel.

Denis Hugues.

à suivre (oui, si vous êtes arrivé jusque là, c’est cruel de devoir attendre jusqu’à demain)






A propos Jean-Michel Marcelin 1073 Articles
Créateur du site PILOTE-DE-COURSE.COM. Rédacteur et pilote amateur en rallye. Passionné de sport auto en général, Rallye, Formule 1, RallyCross, Rallye-Raid, Sim Racing et bien d'autres ... ainsi que du spectacle et du Fun à l'américaine.

2 Commentaires

  1. Haaaaaaaaaaa cela fait plaisir de retrouver le sissu de Zan !!!
    Un vrai régal, vivement la suite !!!

    Signet : La toufette…

3 Rétroliens / Pings

  1. Rallye de Vaison 2015 par Denis Hugues (2). - Pilote de Course
  2. Ari Vatanen Manx 1983 - Pilote de Course
  3. Rallye de Vaison 2016 - Pilote de Course

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*